Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Connaissance et développement durable

Les menaces sur la biodiversité

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 24 juin 2016

6. Les zones humides menacées

Les zones humides répertoriées couvrent 200 000 ha regroupés dans cinq ensembles de « zones humides d’intérêt national » parmi les 149 sites inventoriés en France. Il s’agit des vallées alluviales de la Moselle (8 000 ha), de la Meuse et de son affluent la Chiers (165 000 ha), des étangs de la Woëvre (4 500 ha), de ceux du Sud-Est mosellan (2 500 ha) et du massif à tourbières des Vosges (2 700 ha). Ces zones ont souffert d’importantes dégradations imputables, dans un premier temps (1945-1960), à la mise en culture et aux aménagements touristiques et, dans un deuxième temps, à la fertilisation intensive, au développement de l’ensilage (fauche précoce), au drainage et à l’exploitation des alluvions. En Lorraine, de nombreux petits étangs ont été créés sur les zones humides, ce qui aboutit à une perturbation de leur fonctionnement et à une dégradation qualitative.
La stabilisation de leur état écologique reste incertaine. Globalement, on assiste à une banalisation des milieux humides et à l’artificialisation de la circulation et du régime des eaux (pompages en nappes, imperméabilisation…), de même qu’à un cloisonnement et une fragmentation des zones humides, empêchant la circulation d’espèces. De plus, les zones humides sont particulièrement concernées par le développement des espèces invasives (Jussie, Renouée du Japon, Écrevisse de Louisiane…) qui entrent en compétition avec les espèces présentes. Pourtant, les zones humides abritent des espèces végétales menacées et la moitié des espèces d’oiseaux protégés. Elles permettent l’accomplissement du cycle de vie de nombreuses espèces (amphibiens par exemple) et sont essentielles à la sauvegarde des espèces migratrices. Elles jouent aussi un rôle dans le cycle de l’eau par leur fonction d’épuration naturelle, d’écoulement et de recharge de la nappe en eau de qualité. Elles écrêtent les crues et contribuent à la lutte contre les inondations. La préservation et la restauration des zones humides est un enjeu majeur tant au regard de la biodiversité que de la gestion des risques d’inondation et de la préservation de la ressource en eau. Aujourd’hui, à peine 2,5% de ces surfaces font l’objet d’opérations de préservation. Deux zones ont été désignées au titre de la convention internationale de Ramsar : la petite Woëvre dans la Meuse et l’étang de Lindre, propriété du conseil général de Moselle. La préservation des zones humides est devenue un enjeu prioritaire, notamment dans le cadre de la constitution du réseau Natura 2000.

Pression territoriale et protection
Pression territoriale et protection
La pression territoriale qui s’exerce sur la biodiversité peut être définie notamment par le degré d’artificialisation du territoire ou la fragmentation des zones naturelles. Ici, la part artificielle est constituée des zones urbanisées et des zones de grandes cultures intensives. La Lorraine possède un degré de pression identique à la moyenne nationale (35%). Cela cache cependant de fortes disparités : le département des Vosges est à 17%, tandis que les trois autres départements sont à 40%.
La part patrimoniale est la part du territoire inventoriée en zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique ou floristique. La protection des espaces naturels est divisée en niveaux de protection, de l’intention à la protection réglementaire forte, en passant par la protection par le contrat. La part en protection forte correspond ici aux protections réglementaires (réserves, arrêtés de biotope).

7. Les pelouses calcaires en régression accélérée

Evolution de la surface en herbe
Les pelouses calcaires des côtes de Meuse et de Moselle concentrent des populations d’orchidées, d’oiseaux nicheurs et autres espèces spécifiquement inféodées à ces milieux. Le maintien de ce maillon dans le continuum biologique allant de la péninsule ibérique jusqu’en Europe centrale est un enjeu important au niveau européen.
Pourtant, leur nombre et leur surface sont en régression accélérée depuis la seconde guerre mondiale avec l’évolution agricole qui a généré l’abandon des pâturages et le boisement des parcelles. Le Conservatoire des Sites Lorrains gère 55 pelouses calcicoles, soit 890 ha répartis dans les quatre départements. La gestion la plus courante adaptée aux caractéristiques intrinsèques de ces sites est la fauche. Le pâturage extensif par des ovins ou des chevaux rustiques est également mis en place.

Plus généralement, la baisse régulière des superficies en herbe, due essentiellement à la modification des modes de production agricole, mais aussi à l’urbanisation, constitue un facteur important de perte de biodiversité.

8. La fragmentation des espaces naturels

Le maintien de la richesse du vivant passe par la qualité et la diversité des habitats (milieux naturels), ainsi que par les possibilités de transferts entre ces milieux. On parle de réseaux maillés d’espaces naturels, constitués des espaces remarquables (noyaux ou coeur de biodiversité) et de continuités ou corridors écologiques. Ces derniers permettent le refuge et la migration des espèces, la dispersion et les échanges génétiques. La biodiversité peut ainsi s’exprimer grâce à la connexion des milieux remarquables et ordinaires, constituant un réseau fonctionnel vivant ; la fragmentation des milieux est reconnue comme une des causes majeures de sa régression.
Pelouse calcaire
Les réflexions du Grenelle de l’environnement ont conduit à la volonté de mettre en place une trame verte et bleue, constituée des réservoirs de biodiversité reliés par ces corridors écologiques (continuité d’espaces peu artificialisés) et d’un réseau de cours d’eau et masses d’eau et leurs bandes végétalisées. Les travaux sont en cours, au niveau national, régional et international. La première étape pour arriver à un réseau écologique en Lorraine est de combler les lacunes de connaissances et de finaliser le zonage ZNIEFF sur tout le territoire. Ces zones ZNIEFF seront la base scientifique constituant les réservoirs de biodiversité.
Une étude préalable à la mise en place de la Trame Verte et Bleue en Lorraine a été réalisée par le Conseil Régional en 2009. Le réseau écologique doit ensuite se décliner localement, ce qui a été fait sur le territoire des SCoT de l’Agglomération Messine et du Val de Rosselle, et qui est en cours au Parc Naturel Régional de Lorraine et pour le SCoT Sud 54.