Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Eau Biodiversité Paysage

Plan de gestion des poissons migrateurs (PLAGEPOMI) du bassin Rhin-Meuse 2022-2027

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 20 juin 2022 (modifié le 21 juin 2022)

Le plan de gestion des poissons migrateurs (PLAGEPOMI) est approuvé pour la période 2022-2027.

Qu’est-ce qu’un PLAGEPOMI ?

Le code de l’environnement (article R. 436-45) prévoit qu’un plan de gestion des poissons migrateurs soit établi par bassin, cours d’eau ou groupes de cours d’eau et détermine :

  • les mesures utiles à la reproduction, au développement, à la conservation et à la circulation de ces poissons ;
  • les modalités d’estimation des stocks et d’estimation de la quantité qui peut être pêchée chaque année ;
  • les plans d’alevinage et les programmes de soutien des effectifs ;
  • les conditions dans lesquelles sont fixées les périodes d’ouverture de la pêche ;
  • les modalités de la limitation éventuelle des pêches, qui peuvent être adaptées en fonction des caractéristiques propres à la pêche professionnelle et à la pêche de loisir ;
  • les conditions dans lesquelles sont délivrés et tenus les carnets de pêche.

Le nouveau plan ainsi élaboré concerne, comme pour le plan 2016-2021, les 5 espèces de poissons migrateurs amphihalins présentes sur le bassin Rhin-Meuse :

  • le Saumon atlantique (Salmo salar) ;
  • la Grande alose (Alosa alosa) ;
  • la Lamproie marine (Petromyzon marinus) ;
  • l’Anguille (Anguilla anguilla) ;
  • la Truite de mer (Salmo trutta).

Le plan révisé comporte 27 mesures, contre 14 pour la période 2016-2021, et plusieurs axes de travail en lien avec l’amélioration des connaissances. Ces actions se répartissent de la manière suivante :

  • 14 mesures de gestion (restauration de la libre circulation des poissons, des habitats, de la qualité de l’eau, encadrement de la pêche et soutien des effectifs de saumon) ;
  • 8 mesures d’aides à la décision (suivis des populations, des habitats et connaissance des axes de migration, etc.) avec des axes de travail qui couvrent équitablement toutes les espèces présentes ;
  • 5 mesures d’accompagnement (communication, sensibilisation).
© DREAL, OFB et Association Saumon Rhin

Comment est élaboré le PLAGEPOMI ?

Le PLAGEPOMI est élaboré par le comité de gestion des poissons migrateurs (COGEPOMI). Le COGEPOMI est l’instance de concertation réunissant l’ensemble des acteurs impliqués dans la gestion des poissons migrateurs amphihalins : représentants de l’administration et des établissements publics, des différentes catégories de pêcheurs, des collectivités locales, des associations, des producteurs d’hydroélectricité, etc.

Le code de l’environnement prévoit également que le PLAGEPOMI ait une durée de validité de 6 ans à l’issue de laquelle il doit être révisé. Le dernier PLAGEPOMI portait sur la période 2016-2021. Le COGEPOMI du bassin Rhin-Meuse a donc engagé sa révision pour la période 2022-2027. Le plan révisé, le troisième pour le bassin, a été validé par le COGEPOMI réuni lors de sa session du 15 juin 2021. La consultation du public sur ce projet de PLAGEPOMI s’est déroulée à l’automne 2021.

Le 16 mai 2022, la Préfète Coordonnatrice du bassin Rhin-Meuse a approuvé le plan de gestion des poissons migrateurs pour la période 2022-2027, par arrêté n°2022/223 (format pdf - 93.2 ko - 08/06/2022) .

Vous pouvez télécharger le nouveau PLAGEPOMI du bassin Rhin-Meuse pour la période 2022-2027 (format pdf - 12.3 Mo - 10/06/2022) .
Vous pouvez également télécharger le bilan du PLAGEPOMI précédent 2016-2021 (format pdf - 1.5 Mo - 08/06/2022) .

La plaquette "Poissons Migrateurs" - Venez la découvrir !

Afin de rendre accessible le contenu de ce plan de gestion et d’en faciliter la compréhension par tous, la DREAL Grand Est a édité une Plaquette Poissons migrateurs du bassin Rhin-Meuse (format pdf - 21.9 Mo - 12/08/2021) . Elle présente notamment les espèces migratrices amphihalines représentées sur le bassin, les menaces exercées sur elles et le contexte de leur gestion. La dynamique engagée pour restaurer leurs populations y est également mise en avant.