Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Connaissance et développement durable
 

2/ Des pratiques de déplacements dominées par la voiture

 
 

_

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 6 octobre 2016

Les déplacements domicile-travail constituent un levier d’action pour les politiques publiques en raison de leur régularité dans l’espace et dans le temps, et des distances parcourues parfois longues entre les zones d’emplois et les espaces périurbains.

En 2012, les déplacements domicile-travail s’effectuent en Champagne-Ardenne pour 77 % en voiture, dans des proportions quasiment identiques à celles de la France de province (76%). Ils participent ainsi très fortement à l’augmentation des pollutions et des nuisances qui y sont liées : émissions de gaz à effet de serre, pollution au dioxyde d’azote à proximité des grands axes de circulation et à l’ozone, nuisances sonores… En revanche, les champardennais se déplacent davantage à pied ou en vélo (13 % des actifs contre 11 % pour la France de province) mais moins en transport en commun (5 % contre 8% des actifs). Entre 2007 et 2012, les comportements en région sont à peu près stables, alors qu’à l’échelle nationale on observe une progression plus importante de la voiture (+ 3 points) au dépens principalement des transports en commun [1].

Le recours à la voiture est nettement plus important dans les communes rurales (90 % des actifs résidant dans une commune rurale) que dans les communes urbaines (75 % des actifs). En effet, la faible densité de population constitue une difficulté pour mettre en place des solutions pouvant concurrencer l’usage individuel de la voiture. Cette utilisation massive de la voiture est aussi à mettre en rapport avec un réseau routier fortement développé et des conditions de trafic le plus souvent satisfaisante.

[1Données SOES - Eider