Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Eau Biodiversité Paysage

Découvrir la "Nature en ville"

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 17 décembre 2020 (modifié le 6 juillet 2021)

Des enjeux d’importance

L’étalement urbain et le changement d’affectation des sols constituent deux des principaux facteurs d’érosion de la biodiversité, qui atteint aujourd’hui un rythme sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Pour autant, les effets du changement climatique, l’évolution des pratiques de loisirs et des aspirations individuelles ou encore la récente crise sanitaire, mettent en lumière l’importance pour le plus grand nombre de disposer d’espaces de nature à proximité de leur lieu de vie. La conciliation de ces deux enjeux, à première vue antinomiques, peut être abordée dans les espaces urbanisés en développant la ville sur elle-même et en y laissant une plus large place à la nature.

"Nature en ville", un plan et des objectifs

L’expression « nature en ville » est apparue dans les politiques publiques lors du Grenelle de l’Environnement avec la publication du plan « restaurer et valoriser la nature en ville » (2010). La loi biodiversité de 2016 et le Plan Biodiversité, dévoilé en juillet 2018, viennent confirmer cet enjeu avec comme premiers objectifs « Développer la nature en ville et offrir à chaque citoyen un accès à la nature » et « Déployer les solutions fondées sur la nature pour des territoires résilients  ».

Un bien commun à préserver

Par ailleurs, la notion de nature en ville, si elle est bien portée par un ensemble de dispositifs législatifs, reste néanmoins difficilement appréhendable : ce qui ne facilite pas la mise en œuvre de plans d’actions intégrés et transversaux par les collectivités. Il est important de préciser que la « ville », ici, correspond à l’espace habité par l’Homme, sans considération de superficie ou de nombre d’habitants. Quant à la nature, elle ne renvoie pas seulement aux espaces naturels les plus exceptionnels ni aux espèces les plus rares mais ou surtout aux espèces animales et végétales et aux habitats capables de s’implanter et se développer au contact de l’Homme et de ses activités. La nature est aujourd’hui reconnue plus globalement comme un bien commun qu’il nous faut préserver.

Une brochure a été réalisée par la DREAL, disponible au téléchargement.