Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Connaissance et développement durable

Des nuisances sonores principalement liées aux réseaux routiers et ferrés, et localement au transport aérien

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 30 septembre 2016

La situation géographique de la région, au carrefour de plusieurs axes de transit européen, reliant les pays méditerranéens aux pays du Benelux, et ceux de l’Europe de l’ouest et de l’est, explique que les infrastructures de transport terrestre constituent les principales sources de nuisances sonores en Champagne-Ardenne. La Champagne-Ardenne est traversée et desservie par un réseau routier de première importance (A4, A34, A5, A26, A31, rocades de contournement des agglomérations, routes nationales…), qui génère des circulations importantes (toutefois moindres comparées à d’autres régions). Les nuisances sonores sont également fortes dans les secteurs de circulation dense, notamment dans les centres-villes des grandes agglomérations, mais aussi des communes périurbaines et rurales, en lien avec le développement urbain et un recours plus important à la voiture dans ces secteurs.

Le réseau ferré, par sa densité et son trafic (TGV, TER et fret) génère aussi des nuisances, mais dans des proportions moindre que celles dues au trafic routier. Les nuisances sonores liées au trafic aérien peuvent être davantage ressenties localement, par exemple autour de la base aérienne militaire de Saint-Dizier.