Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Connaissance et développement durable

Des solutions encore à trouver pour pallier un déficit d’équipements dans trois départements sur quatre

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 30 septembre 2016

En complément de la collecte assurée en porte-à-porte, un réseau de 170 déchèteries [1], permettant d’assurer la collecte des déchets spécifiques, est réparti sur l’ensemble de la région. Ce réseau couvre les besoins de la quasi-totalité de la population régionale. Il est complété dans les zones plus rurales par un réseau de déchèteries mobiles. Les objectifs des Plans départementaux existants sont de moderniser ces installations, de les optimiser au mieux pour renforcer la valorisation matière, notamment à travers la mise en place de filières de tri pour les déchets d’équipements électriques et électroniques, la filière bois et les déchets réemployables.

En 2016, 8 centres de tri, 22 plateformes de compostage, 3 installations d’incinération avec valorisation énergétique (2 dans la Marne et 1 en Haute-Marne) et 7 installations de stockage de déchets non dangereux (réparties dans tous les départementaux sauf en Haute-Marne) éliminent les déchets ménagers et assimilés et une partie des déchets des entreprises [2].
Dans l’Aube, pour compenser la fin d’autorisation de l’installation de Montreuil-sur-Barse en 2021, le plan départemental prévoit l’extension du centre de stockage de Saint-Aubin et la création d’une unité de valorisation énergétique dans ou à proximité de l’agglomération troyenne à horizon 2020, et d’un centre de stockage dans le sud du département à horizon 2026. Ces installations seront plus proches des lieux de production des déchets, et permettront en conséquence de limiter leur transport.
Les plans départementaux des Ardennes et de la Haute-Marne signalent un déficit de capacités des équipements pour répondre aux besoins actuels et à venir. Des questions se posent sur les équipements à mettre place. Dans la Marne, la capacité des installations est suffisante pour répondre aux besoins.

Enfin, dans une logique d’optimisation du transport de déchets, les Plans départementaux des Ardennes et de l’Aube laissent la possibilité de créer de nouveaux quais de transfert (aussi appelés station de transit ou plate-forme de regroupement) à proximité des nouvelles installations. Ces nouveaux quais permettront de regrouper de petites quantités de déchets afin qu’ils soient acheminés au moyen de modes de transport de plus grande capacité vers leur lieu d’élimination.

[1Données EIDER SOES – Les déchetteries (enquête Déchetteries), 2011

[2Source : données SINOE