Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Connaissance et développement durable
 

Energie et émissions de gaz à effet de serre

La maîtrise des consommations énergétiques, plus particulièrement celles d’origine fossile, est une préoccupation majeure, à la fois d’ordre sanitaire et environnemental en lien avec les émissions de polluants et de gaz à effet de serre qu’elles génèrent, et également d’ordre économique et social puisque l’augmentation annoncée du coût des matières premières utilisées par les français (pétrole, gaz, uranium) est un facteur de précarité énergétique qui concerne près de 6 millions de ménages en France. La réduction de la consommation des énergies fossiles passe d’abord par la réduction des consommations proprement dites (diminution de la demande, meilleure efficacité énergétique…), puis par leur substitution par des énergies renouvelables.

L’urgence des enjeux énergétiques et climatiques s’est traduite dans des objectifs exprimés à l’échelle mondiale par le protocole de Kyoto (1997) et relayés à l’échelle européenne et nationale à travers plusieurs directives européennes (Paquet Climat-Énergie de 2008 et révisé en 2014) et lois nationales, dont la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte promulguée en 2015 qui fixe des ambitions renforcées pour le développement des énergies renouvelables et la réduction des consommations d’énergie, afin de parvenir à l’objectif « facteur 4 » à horizon 2050 (division par 4 des émissions de gaz à effet de serre).

Objectifs de la loi TECV du 17 août 2015

La loi TECV fixe les objectifs suivant :

  • réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre en 2030 par rapport au niveau de 1990
  • réduction de 30% des consommations d’énergies fossiles en 2030 par rapport aux consommations de 2012
  • part des énergies renouvelables portée à 32% de la consommation finale d’énergie et à 40% de la production d’électricité en 2030
  • réduction de la consommation énergétique finale de 50% en 2050 par rapport au niveau de 2012
  • diversification de la production d’électricité et baisse à 50% de la part du nucléaire à horizon 2025

Les politiques territoriales énergie-climat (schémas régionaux climat air énergie, plans climat air énergie territoriaux…) qui se mettent en place progressivement constituent un des principaux outils opérationnels pour répondre à l’ensemble de ces enjeux.

L’enjeu est aussi de s’adapter aux bouleversements engendrés par le changement climatique, afin d’éviter de trop forts dommages humains, environnementaux et matériels, dans la mesure où les impacts du changement climatique ne pourront plus être intégralement évités, même avec d’importants efforts.