Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Connaissance et développement durable
 

Géographie et climat : une région aux caractéristiques naturelles diversifiées

La Champagne-Ardenne se situe au nord-est de la France. Transfrontalière par les Ardennes avec la Belgique wallonne sur environ 150 km, elle constitue un territoire de transition entre le Bassin parisien et l’est de la France, et entre l’Europe du nord et celle du sud. S’allongeant sur 300 km du nord au sud et 200 km d’est en ouest, la Champagne-Ardenne comprend 4 départements (les Ardennes (08), l’Aube (10), la Marne (51) et la Haute-Marne (52)) et occupe 4,7 % de la superficie de la France métropolitaine (25 606 km²). La Champagne-Ardenne se trouve depuis le 1er janvier 2016 incluse dans la région ACAL, région française la plus transfrontalière : 760 km partagés avec la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne et la Suisse.

Bordée à l’ouest par les plateaux du Tardenois et de la Brie qui forment une cuesta allant de l’Oise au nord à la Seine au sud, la région est dans sa partie centrale occupée par de vastes plaines crayeuses. L’Aisne, la Marne, l’Aube et la Seine traversent la Champagne crayeuse d’est en ouest. Elles y ont formé de larges vallées alluviales, qui constituent de vastes champs d’expansion et de laminage des crues. Ces crues sont souvent lentes et prévisibles, et présentent en conséquence peu d’enjeux humains.
À l’est s’étend la Champagne humide, zone déprimée formant un arc nord sud, où les forêts et l’eau sont omniprésents.

Au sud-est s’élèvent les terrasses de calcaire de la Côte des Bars et du plateau barrois, parsemées de nombreuses grottes et collines, typiques d’un relief karstique, puis plus au sud par le plateau de Langres, qui correspond à la ligne de partage des eaux entre les bassins de la Manche et ceux de la Méditerranée. La Seine, l’Aube, la Marne et la Meuse y prennent leur source.
Au nord s’étend le massif ardennais, ses forêts et la vallée étroite et très sinueuse de la Meuse, particulièrement concernée par le risque inondation.

Cliquez sur la vignette pour visualiser la carte :
Grands ensembles morphogéologiques (Source : Atlas des paysages de Champagne-Ardenne)  en grand format (nouvelle fenêtre)
Grands ensembles morphogéologiques (Source : Atlas des paysages de Champagne-Ardenne)

Cette diversité géomorphologique et topographique se retrouve au niveau climatique, avec le passage progressif d’un climat océanique de transition à l’ouest à un climat continental à l’est, et sub-montagnard dans les Ardennes et en Haute-Marne. Les amplitudes thermiques y sont importantes avec des étés chauds et des hivers longs et rigoureux. La température moyenne annuelle est de 10°C, avec une moyenne hivernale à 2°C et une moyenne estivale à 18°C. Les précipitations sont assez modérées (entre 550 et 700 mm par an). Ce climat a des conséquences sur les consommations d’énergie (fortes consommations de chauffage en hiver).