Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Connaissance et développement durable
 

Occupation du sol

 
 

Grand Est : l’artificialisation progresse, son rythme ralentit

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 7 août 2020 (modifié le 10 août 2020)

Entre 2012 et 2018, l’artificialisation des sols a progressé en Grand Est, alors que la population stagnait. Le rythme d’évolution s’est cependant avéré plus faible qu’au cours des périodes précédentes (information Insee).

6 % de la superficie est artificialisée, occupée soit par des bâtiments soit par des infrastructures.

La proportion de surfaces artificialisées est plus importante dans l’est de la région, en lien avec un plus fort poids démographique. Les départements les plus ruraux présentent l’artificialisation par habitant la plus élevée.

Au sein de ses deux principaux espaces de coopération transfrontalière, les départements du Grand Est apparaissent moins artificialisés que la Wallonie ou la Suisse du Nord-Ouest. L’augmentation de l’artificialisation est également plus prononcée au Luxembourg, pays caractérisé par un fort dynamisme démographique.

Accéder à la publication INSEE Analyses Grand Est.

Une analyse de la situation dans chaque département complète cette publication. À découvrir ici
Ardennes
Aube
Marne
Haute-Marne
Meurthe-et-Moselle
Meuse
Moselle
Bas-Rhin
Haut-Rhin
Vosges

L’observation de l’occupation du sol en Grand Est

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 30 mai 2017

Quel outil, CLC-Teruti-Majic-BDOCS… pour quelle observation ? (format pdf - 820.7 ko - 30/05/2017)

Les enjeux de l’occupation du sol sont nombreux et divers, le plus souvent formulés autour du concept d’artificialisation, qui peut se traduire par la consommation de l’espace agricole et naturel afin de favoriser le développement économique et urbain de la communauté humaine. Différents outils, statistiques et cartographiques, sont disponibles pour évaluer les évolutions des modes d’occupation du sol, avec des résultats parfois sensiblement divergents. Ces divergences s’expliquent par les méthodologies différentes propres à chaque source. Du microscope au « macroscope », petite revue des sources, méthodes et résultats de l’occupation du sol dans le Grand Est.