Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Eau Biodiversité Paysage
 

3.Les Paysages du Grand Est à travers les Outils de connaissance

 
 
1.Les atlas de paysage

La Convention européenne du paysage entrée en vigueur en France en 2006 incite les États l’ayant ratifiée à identifier et qualifier l’ensemble des paysages de leur territoire, à en analyser les caractéristiques ainsi que les dynamiques et les pressions qui les modifient et les transforment, tout en tenant compte des valeurs particulières qui leur sont attribuées par les populations et les acteurs locaux.

En France, les atlas de paysage ont été conçus dès 1990 et permettent de répondre à cette attente.
En effet, cet outil que les départements doivent systématiquement mettre en place depuis l’adoption de la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages du 8 août 2016, doit comprendre plusieurs volets :
• l’identification des unités paysagères ;
• l’identification des représentations culturelles du paysage (peinture, cartes postales, littérature…) ;
• l’évaluation des dynamiques d’évolution et des enjeux du paysage.

Les atlas listent donc et cartographient des unités paysagères, parties de territoires présentant un paysage homogène à l’échelle étudiée.
Mais ils constituent plus qu’un outil de connaissance et de description ; ils permettent de faire évoluer et d’aménager les territoires en ayant fixé un cap commun et partagé par les habitants et tous les acteurs, notamment par le biais de définition d’Objectifs de Qualité Paysagère.
Dans la région Grand Est, des atlas sont disponibles sur la majorité des départements :

• Référentiel des paysages de l’Aube : <http://www.aube.gouv.fr/Politiques-...>
• Référentiel des paysages de Haute-Marne : <http://www.haute-marne.gouv.fr/Poli...>
• Atlas des paysages de Meurthe-et-Moselle : <http://meurthe-et-moselle.fr/action...>
• Atlas des paysages des Vosges : il est disponible sur demande au Conseil départemental des Vosges :
<http://www.vosges.gouv.fr/Publicati...>
• Atlas de l’Alsace : atlas paysages alsace 2 (format pdf - 2.7 Mo - 18/10/2019)

 
2.Les plans de Paysage

Un Plan de Paysage est une démarche volontaire portée par une collectivité désireuse d’inscrire le paysage dans l’aménagement de son territoire.
L’élaboration d’un Plan de Paysage comprend trois étapes : l’analyse des paysages existants et de leurs dynamiques d’évolution, la construction d’objectifs partagés de qualité paysagère, et la définition d’un programme d’actions concrètes.
Sa particularité réside dans son élaboration en large concertation avec les acteurs du territoire : acteurs institutionnels et professionnels mais aussi habitants. Ces acteurs, qui vivent le territoire au quotidien, se voient confier à travers le Plan de Paysage une opportunité de comprendre et d’esquisser l’avenir de leur territoire.

Le ministère en charge de l’environnement pilote un « Appel à Projets Plans de Paysage » : chaque année, 15 territoires bénéficient d’une aide de 30 000 € pour réaliser un Plan Paysage. En 2018, les territoires de la Communauté de Communes des Hautes-Vosges, de Metz-Métropole et du PNR des Vosges du Nord ont été lauréats.

La DREAL Grand-Est a lancé le 31 janvier 2019 un « Réseau Plans de Paysage » qui regroupe les collectivités porteuses de plans de paysage. Ce réseau a vocation à faciliter les échanges et les partages d’expériences entre collectivités.

> A télécharger :
- La plaquette nationale Plans de Paysage
3 plaquette plans de paysage 2018 (format pdf - 5.6 Mo - 21/10/2019)
- La carte des Plans de Paysage du Grand-Est
2 carte plans paysage (format pdf - 3.6 Mo - 21/10/2019)
- La plaquette Plan de paysage : agir pour le cadre de vie
https://www.ecologique-solidaire.go...

 
3.Les Observatoires Photographiques du Paysage

Qu’est-ce qu’un Observatoire Photographique des Paysages ?
L’observatoire photographique des paysages (OPP) s’inscrit dans la démarche de l’Observatoire Photographique National du Paysage (ONPP), lancée en 1991 par le Ministère en charge de l’Environnement. Ce dernier constitue un des outils de la politique actuelle du paysage en France.

Son principe est de « constituer un fonds de séries photographiques qui permet d’analyser les mécanismes et les facteurs de transformations des espaces, ainsi que les rôles des différents acteurs qui sont en cause, de façon à orienter favorablement l’évolution du paysage ».(Conseil des ministres du 22 novembre 1989).

A la demande des acteurs locaux, un photographe parcourt le territoire et propose par un ensemble d’une centaine de photographies, un itinéraire des paysages. Une quarantaine de ces photographies sont ensuite sélectionnées par le comité de pilotage, en fonction de leurs qualités esthétiques et des problématiques paysagères qu’elles illustrent. Ces photographies sont reconduites à intervalles réguliers, selon un cadrage strictement identique.

Des séries faisant ressortir les évolutions du paysage, ses altérations ou ses améliorations sont ainsi constituées durant plusieurs années.

L’observatoire des paysages associe dans sa démarche, l’approche sensible et l’approche scientifique. Il s’adresse à tous les acteurs de l’aménagement du territoire.

La Région Grand Est dispose de deux observatoires :
- l’OPP du Parc Naturel Régional des Vosges du Nord
<http://www.parc-vosges-nord.fr/OPP/...>
- l’OPP du Parc Naturel Régional des Ardennes

Pourquoi un Observatoire ?
- Un outil de compréhension du paysage
Il permet d’apprendre à mieux connaître, et de façon très fine, les paysages d’un territoire dans ses évolutions passées et à venir. C’est un outil qui peut être utilisé comme support d’étude et d’enseignements par les techniciens, les comités scientifiques des Parcs Naturels Régionaux, les chercheurs et enseignants.
- Un outil d’aide à la décision et à l’action
Le paysage produit par l’artiste révèle un état des relations entre l’espace et la société. Les images de l’observatoire permettent de mesurer les impacts d’une politique paysagère déjà mise en place et elles représentent aussi un moyen de faire émerger de nouveaux projets avec les élus et les techniciens.
- Un outil de sensibilisation et de médiation auprès des différents publics
L’image est support de parole : elle suscite le dialogue, la réflexion, et contribue à la prise de conscience des habitants, concernant l’évolution subie ou choisie de leur cadre de vie et dans leur rapport quotidien au paysage et à l’environnement.

Pourquoi un photographe ?
La photographie n’est pas une simple transcription de la réalité.

- Un regard sensible
L’artiste photographe saisit le présent, dans toute sa complexité et porte un regard incisif sur le monde. Par son sens de la composition, par la façon de disposer les éléments dans l’image, il met en valeur les différentes dynamiques paysagères qui révèlent les processus en cours.
- Le paysage quotidien vu par l’autre
Les acteurs locaux sont amenés, par la proposition du photographe, étranger au territoire, à voir leur paysage sous un autre angle, qui peut les surprendre ou parfois même les choquer.
L’image insolite, produite par le photographe, suscite des réactions, des débats, qui contribuent à (re)construire, par la réflexion et l’échange, le rapport social à l’espace.
- Une culture moderne du paysage
Les images de l’observatoire font émerger un espace vécu du quotidien, représentatif de notre société, de ses pratiques, de son rapport à l’espace. Ces images, produites par le talent d’un artiste, signent à un moment donné, une époque et un territoire. Elles réinventent les lieux tout en les requalifiant et permettent de sortir des représentations habituelles de paysages.