Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Prévention des risques

Cure de Jouvence pour le canal d’amenée Seine

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 21 janvier 2019 (modifié le 15 février 2019)
Vue des ouvrages hydrauliques Seine  en grand format (nouvelle fenêtre)
Vue des ouvrages hydrauliques Seine
(cliquez sur l'image)

Les quatre lacs-réservoirs de Pannecière sur l’Yonne, de la Marne, de l’Aube et de la Seine, exploités par l’établissement public territorial de bassin Seine Grands Lacs, sont capables de stocker plus de 800 millions de m3 d’eau en période hivernale afin d’écrêter les crues et protéger les enjeux situés à l’aval de ces lacs dont l’agglomération parisienne, et de les restituer en période estivale pour soutenir l’étiage des cours d’eau. Par rapport au niveau de la crue de janvier 1910 dans Paris (période de retour d’environ 100 ans), ces barrages régulateurs permettent un abaissement du niveau d’eau évalué à environ 70 cm, ce qui est de nature à réduire considérablement les dommages générés par une telle crue.

Mis en service en 1966, le lac-réservoir Seine situé en amont de Troyes dans le département de l’Aube (10) participe également à la protection de l’agglomération troyenne. D’une capacité de 217 millions de m3, le lac-réservoir est rempli via le canal d’amenée Seine, qui dérive les eaux de la Seine. Long de 12,64 km, ce canal est réalisé en remblai ou en déblais selon la topographie du terrain naturel. Le revêtement interne du canal est composé de béton bitumineux perméable sur certains tronçons et imperméable sur d’autres.

Le canal d’amenée Seine est un barrage de classe B au sens du décret du 11 décembre 2007. En 2010, il a fait l’objet d’une procédure dite de « révision spéciale », car il ne présentait plus un niveau de sûreté suffisant en raison d’importants désordres observés sur les zones en revêtement bitumineux perméable. Cet ouvrage, conçu initialement pour dériver un débit de 200 m³/s, a donc été limité temporairement par sécurité à des prises de 80 m³/s maximum.

Des travaux d’urgence, consistant à poser des « matelas Réno » sur les principales cavités et à injecter du béton hydraulique sur les petites excavations, ont été réalisés dès la fin 2010.
Depuis 2011, des tranches de travaux annuelles consistant à remplacer le revêtement bitumineux perméable par des dalles de béton hydraulique (imperméable) se sont succédé. Des « matelas Réno » ont également été installés en partie basse de la cuvette hydraulique, pour assurer le drainage des eaux internes et l’équilibrage des pressions. Ces travaux ont permis au lac-réservoir de retrouver la quasi-totalité de sa capacité initiale de dérivation (180 m³/s), permettant notamment de gérer les fortes crues de janvier/février 2018.

Travaux effectuées en 2014 : mise en place de géotextile sur lequel sont coulées des dalles de béton, "matelas Réno" en partie basse de la cuvette hydraulique
(source photo : EPTB SGL)

Enfin, les poutres en béton armé (appelées butons) situées sur la tranchée bétonnée et disposées perpendiculairement à l’axe du canal à intervalles réguliers ont été remplacées par des tirants d’ancrages durant l’été 2018. Cette solution technique astucieuse de confortement structurel des bajoyers présente l’avantage de supprimer l’obstacle à l’écoulement constitué par les butons et de permettre une augmentation de la débitance du canal (200 m³/s).

Les travaux se sont achevés par la mise en place d’un ouvrage de fermeture amovible (batardeau) à l’extrémité amont du tunnel, permettant d’isoler complètement le lac-réservoir lors de crues exceptionnelles (jusqu’à la crue déca-millénale), lorsque celui-ci a atteint son niveau maximum d’exploitation.

La DREAL est intervenue à la fois au niveau réglementaire et technique (instruction du dossier technique présenté par le gestionnaire, encadrement réglementaire, inspections régulières) et financier (instruction dossier de demande de subvention au titre du FPRNM, délégation et paiement).

* FPRNM : fonds de prévention des risques naturels majeurs (dit « fonds Barnier »)

Tranchée bétonnée du canal d'amenée Seine avec butons avant les travaux
Tranchée bétonnée du canal d’amenée Seine avec butons avant les travaux
(source photo : EPTB SGL)
Travaux réalisés en 2018 sur la tranchée bétonnée du canal d’amenée Seine (remplacement des butons par des tirants d’ancrage)
Essai de la fermeture amovible (batardeau) à l'extrémité amont du tunnel du canal d'amenée en novembre 2018
Essai de la fermeture amovible (batardeau) à l’extrémité amont du tunnel du canal d’amenée en novembre 2018
(source photo : EPTB SGL)