Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Connaissance et développement durable

La conférence INSPIRE 2017, la protection de l’environnement et l’information géographique au cœur du Grand Est

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 9 janvier 2018

La conférence INSPIRE 2017 à Strasbourg !

Chaque année, un Etat membre de l’Europe organise la conférence INSPIRE, qui a pour objectif de faire le bilan de la mise en œuvre de la Directive INSPIRE, de partager l’information, de mettre en lumière les problèmes et de travailler sur des points techniques particuliers.

La conférence INSPIRE 2017 a eu pour thème « INSPIRE a digital Europe : Thinking out of the box » (INSPIRE une Europe numérique : penser hors du cadre). L’objectif du Ministère a été d’étendre cette année le champ de la conférence à l’administration électronique et aux pratiques de rupture, l’enjeu étant de faire évoluer le discours souvent techniciste.

Pour la première fois, elle est organisée par deux pays, l’Allemagne et la France, à Kehl et Strasbourg.

La DREAL Grand Est (PSIG2D) a appuyé la MIG pour certains aspects de l’organisation de la Conférence INSPIRE 2017, notamment en termes de mise en relation des acteurs régionaux.

Une expérience très riche

Trois agents de la DREAL ont participé à la conférence INSPIRE et ainsi pu profiter de son riche programme. Ils ont assisté à trois séances plénières et à une quarantaine de présentation en anglais de 15 mn chacune, réparties dans différents ateliers (environ 200 conférences étaient proposées en parallèle).

Ces journées se sont révélées particulièrement intéressantes et motivantes pour les personnes travaillant dans le domaine de l’information géographique.

La conférence a rappelé les fondamentaux de la Directive INSPIRE : elle a été mise en place pour la protection de l’environnement car la connaissance de l’état de l’environnement et sa protection nécessitent la collecte d’information géolocalisés, leur analyse et leur partage. C’est important de le rappeler !

De par l’ampleur de l’événement (800 participants), le nombre de spécialistes qui travaillent sur le sujet, la forte implication de la communauté Européenne, l’étendue des présentations faites, cette conférence a rappelé l’importance du domaine de l’information géographique. Elle a permis non seulement aux participants de se rendre compte que d’autres personnes sont confrontés aux mêmes problématiques, mais aussi d’apprendre que d’autres travaillent à trouver les solutions.

Plusieurs grandes problématiques se sont dégagés.

Alors que l’information géographique est désormais utilisée facilement par tout le monde au travers des sites internet phares tels que Google Maps, les services mis en place pour répondre à la Directive INSPIRE ne sont pas toujours ergonomiques. Au-delà du respect technique des normes très exigeantes, il est fondamental de se poser la question de la facilité pour l’utilisateur de trouver, de consulter et d’utiliser les données. N’oublions jamais que l’utilisateur final est la cible du dispositif, l’infrastructure technique étant un moyen et non une fin !

La question du retour des utilisateurs a aussi été évoqué, à la fois pour améliorer la qualité des données mais aussi pour savoir quelles données traiter en priorité, car utilisées par le plus grand nombre.

L’Open data a occupé une grande place au sein de la conférence car INSPIRE a été précurseur en matière d’Open Data. Alors que la majorité des données diffusées en open data sont des données géographiques et que les acteurs de l’information géographique ont une compétence forte en matière de diffusion des données, les acteurs de l’open data et de l’information géographique ne travaillent pas toujours ensemble. Pourtant, tout le monde aurait à y gagner avec la rigueur et l’expérience issue d’INSPIRE et la souplesse de l’open data.

L’enjeu du lien entre les données géographiques et les données statistiques a aussi été rappelé. En effet, les données statistiques sont souvent représentées sous forme cartographiques mais leur production, gestion, diffusion suivent un circuit différent de celui de l’information géographique. Comment faire pour que les deux types d’information soient utilisés de façon optimale et complémentaire et que les utilisateurs y accèdent avec facilité ? La DREAL Grand Est commence à s’organiser pour répondre à cette question, en suivant les orientations du ministère.

Au final, ces journées ont conforté les acteurs de l’information géographique dans l’importance de leur travail, leur ont fait découvrir de nombreuses nouveautés techniques et leur ont permis de prendre connaissance ce qui se fait dans d’autres pays et d’y trouver des idées.

Les présentations françaises

En savoir plus sur INSPIRE