Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Eau Biodiversité Paysage

Une recharge des nappes efficaces pour ce début d’hiver suite à la sécheresse de l’été 2017

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 26 janvier 2018

Les années 2016 et 2017 ont été marquées par un déficit pluviométrique important, qui a particulièrement touché le nord-est de la France, comme le montre la carte ci-dessous représentant l‘indicateur de déficit de précipitations sur la période de septembre 2016 à août 2017.

Cette situation a amené la région Grand Est à connaitre une période de sécheresse marquée durant le printemps et l’été 2017 (cf. article"La gestion de la sécheresse"). Aussi, à l’entrée de l’automne 2017, les niveaux des nappes présentaient des niveaux globalement bas à très bas (Cf. publication "Situation des nappes de septembre 2017").

Or, classiquement, les nappes se rechargent d’octobre à mars, notamment du fait des faibles températures et de l’absence d’activité végétale, tandis que d’avril à septembre, les niveaux des nappes baissent et participent pour une part plus ou moins importante aux débits des cours d’eau, assurant ainsi leur rôle de soutien d’étiage des cours d’eau.

Comme la fin de l’année 2017 a connu des précipitations globalement supérieures aux normales à l’exception du sud de l’Alsace, on a pu observer une recharge notable des nappes (cf. publication"Situation des nappes de décembre 2017").

Les précipitations fortement supérieures aux normales du début de mois de janvier 2018, précipitations ayant entraînées plusieurs épisodes de crues de cours d’eau, ont accentué la recharge des nappes.

Ainsi, à la mi-janvier, les nappes présentent des niveaux moyens très fortement supérieurs à la normale.

en grand format (nouvelle fenêtre)

Dans le détail, l’ensemble des nappes présentent des niveaux d’eau qui sont montés très fortement depuis le mois de décembre, atteignant par exemple à Bertrange (57) dans les alluvions de la Moselle des valeurs similaires à celles observées lors de la crue de juin 2016. Même les nappes avec une certaine inertie, comme la nappe de la craie, présentent des niveaux hauts à la mi-janvier.




Pour la situation de la nappe d’Alsace, il est possible de voir l’effet de la recharge sur le site de l’observatoire de la nappe d’Alsace, en particulier l’évolution en direct des niveaux d’eau.

En conclusion, les conditions climatiques ont permis une recharge efficace des nappes en ce début d’hiver, effaçant l’impact de la sécheresse de l’été dernier. Les niveaux d’eau actuellement mesurés dans les nappes sont très au-dessus des normales, laissant envisager plus sereinement l’entrée prochaine dans la période estivale de décharge des nappes.